Changer des vies – L’impact du développement 

Alors qu’au premier abord, Raja Ampat apparaît comme un paradis tropical où se développe un marché touristique lucratif, un déséquilibre bien présent noircit quelque peu le tableau. Pendant que l’industrie du tourisme prospère (avant le Covid-19), les villages locaux restent sous-développés souffrant notamment d’une infrastructure limitée dans le domaine des services de base tels que l’eau courante, la fourniture en électricité, l’éducation, le système de santé et peinent à trouver des opportunités en termes de moyens de subsistance. 

Il y a dix à quinze ans, le développement du tourisme a été désigné comme la solution à de nombreux problèmes socio-économiques locaux en fournissant une source, à priori durable, de développement. Ce qui a entraîné, de fait, une réglementation informelle des projets d’extraction ou de destruction des ressources de l’archipel et, dans certains cas, de meilleures opportunités dans la mise en place de moyens de subsistance alternatifs. 

Dans de nombreuses circonstances, passées et présentes, cela s’est effectivement déroulé ainsi. Les opérateurs touristiques offrent de nombreuses opportunités d’emploi, de formation vers de nouvelles compétences ainsi que de meilleurs salaires – ce qui était auparavant plus difficile à obtenir pour les communautés locales.

 

Dans les zones les plus touristiques comme le détroit de Dampier, le tourisme et son développement associé ont permis de fournir un meilleur accès aux transports et aux moyens logistiques entre les îles et les villes de la zone, ce qui permet aux populations locales de bénéficier plus facilement des services que procurent ces endroits. Le développement de l’industrie touristique a également servi de plate-forme profitable et collaborative pour le travail communautaire et de conservation dans la région, grâce à l’appui d’opérateurs et de touristes qui ont établi et soutenu des projets locaux et des ONG. Une des grandes réussite du tourisme a été de fournir la base, la logistique et les fonds nécessaires à la mise en place d’une patrouille de gardes moniteurs  qui protègent les Aires Marines Protégées de la zone afin d’interdire les activités de pêche illégale – un extraordinaire exemple de la réalité économique du tourisme d’où découle naturellement la nécessité de protéger l’environnement et de soutenir les communautés locales.

 

Mais quoi qu’il en soit, l’industrie touristique dans une région en développement reste une arme à double tranchant et il est important de prendre en compte les impacts sur l’existant et dans le futur développement de la région. Le tourisme entraîne irrémédiablement des impacts écologiques (voir Récifs en Péril) et socioculturels qu’il ne faut surtout pas négliger. L’avènement du tourisme au Raja Ampat a induit des changements importants dans la vie quotidienne de nombreux habitants. Et alors que la préoccupation principale en matière de conservation est principalement axée sur le milieu marin, ce développement soudain et rapide comporte des risques potentiels pour les cultures ancestrales et les systèmes de valeurs des communautés locales. Il est ainsi nécessaire de planifier à tous les niveaux un tourisme durable respectueux des coutumes locales afin d’éviter leur dégradation ou dilution et comme les conflits culturels. 

Comme pour tout type de population humaine, la culture et les traditions changent avec le temps et les normes et standards d’aujourd’hui ne seront plus valables dans le futur. Cependant, dans le cas de Raja Ampat, toute évolution culturelle, qu’elle soit lente ou rapide, doit être d’abord menée par les populations locales, avec le soutien, la prise de conscience et la sensibilité de cette nouvelle industrie. Les paragraphes ci-dessous mettent en lumière certains des problèmes qui doivent être pris en compte pour éviter d’altérer ou de perdre à jamais la richesse communautaire et les traditions ancestrales du peuple autochtone de Raja Ampat.

Impacts socioculturels du développement

Dilution culturelle : lorsque des cultures sont mélangées et que le développement de leurs vies devient similaire, aux dépens d’une ou de plusieurs des cultures impliquées. Le processus d’une culture qui devient occidentalisée.

Les impacts socio-culturels du tourisme et du développement dans les régions peu développées sont larges et divers et résultent bien souvent dans l’affaiblissement de de la communauté d’accueil dont les habitudes de vie sont dramatiquement perturbées. Dans le meilleur des cas, les opérateurs du tourisme maintiendront et préserveront les cultures et traditions locales en y adaptant leurs activités de manière mutuellement bénéfique. Au pire, le tourisme peut changer les systèmes de valeurs et les comportements locaux, menaçant l’identité autochtone et les croyances culturelles ancestrales. Dans ce cas, l’impact et l’influence de ces changements atteignent profondément le cœur des communautés, entraînant des changements dans l’organisation de leur structure, les relations familiales, les modes de vie traditionnels, les cérémonies et les codes de moralité.

Raja Ampat est aussi diversifié culturellement qu’écologiquement. Une série de 1411 îles uniques, grandes et petites, où s’est formé, depuis de nombreuses années, un melting-pot de personnes originaires de toute l’Indonésie auparavant isolées les unes des autres dans un mélange de traditions anciennes et de cultures locales. Un développement trop rapide ou de masse peut entraîner une modification voire une perte de l’identité et des valeurs des communautés locales induite par les influences suivantes :

Cliquez pour développer

La rencontre des cultures

Le tourisme à Raja Ampat attire des personnes de toute la planète, y compris d’une large partie d’Indonésie, dans une région qui était, jusqu’à il y a une dizaine d’années, presque complètement déconnectée de la communauté internationale. Cette arrivée si rapide du monde extérieur a engendré des interactions et des relations sociales entre des personnes et des cultures très différentes, laissant ainsi la place à des malentendus voire même à des affrontements.

Ceci étant dit, il est extrêmement important pour les touristes et pour l’industrie touristique dans sa globalité, de comprendre que leur présence a une influence certaine et que, pour bénéficier d’une expérience culturelle authentique lors d’une visite à Raja Ampat sans provoquer de perturbations ni d’offense, il est essentiel d’accepter la culture locale et faire tout son possible pour s’intégrer et être respectueux.

Une méthode simple consiste à s’inspirer du comportement des membres de la communauté locale, à savoir : observez comment ils s’habillent et interagissent et faites de même. Par exemple, à Raja Ampat, vous ne verrez jamais les femmes se promener dans les villages en maillot de bain suggestif, shorts courts ou tops/brassières courtes, ce qui est la meilleure indication pour comprendre ce qui est culturellement inapproprié de la part du visiteur. D’autre part, en proposant de partager du thé, du café ou un repas avec les habitants, vous pouvez montrer un plus grand respect et intérêt pour la culture locale et, de fait, vivrez une expérience beaucoup plus enrichissante et authentique.

Malheureusement, il y a des touristes aux Raja Ampat qui ne connaissent pas ou font peu d’efforts pour comprendre les normes culturelles et les enfreignent involontairement ou, pire encore, les ignorent de manière flagrante. Ils offensent les membres les plus âgés de la communauté et servent de piètres exemples qui induisent ou encouragent des comportements inappropriés des membres plus jeunes de la communauté. A titre d’exemple : consommation ouverte et/ou abusive d’alcool ; activités bruyantes lors de célébrations religieuses ou de cérémonies ; relations hommes/femmes choquantes ou culturellement inadéquates.

Il est important de garder à l’esprit que lorsque des touristes visitent notre pays d’origine, nous nous attendons à ce qu’ils se comportent d’une manière qui respecte notre culture afin de ne créer ni malaise, ni malentendu.  Par conséquent, il en va de même lorsque nous sommes touristes à notre tour. Il est de notre responsabilité, ainsi que de celle de l’opérateur que nous avons choisi, d’être respectueux de la culture des communautés au sein desquelles nous évoluons et des usages et coutumes de la population locale.

Commercialisation de la culture locale

Dans une zone en rapide développement, le tourisme peut constituer un mécanisme utile pour préserver la culture locale et les vestiges qu’elle abrite. Cependant, il faut prendre garde à ne pas “Disney-iser” la culture locale et la transformer en une marchandise, où les traditions, les cérémonies et autres coutumes locales sont mises en scène pour répondre aux attentes des touristes avides de retrouver une  ethnicité authentique.

Normalisation - le paradoxe touristique

Alors que de nombreux touristes s’échappent vers des destinations isolées pour «un total dépaysement», désirant des hébergements, des paysages, de la nourriture et des boissons exotiques et inconnues, ces expériences ne doivent pas cependant s’écarter trop radicalement des standards de leur vie quotidienne pour éviter de créer chez eux une sorte de malaise. En réalité, peu de voyageurs sont à la recherche d’un changement total de leurs habitudes de vie. Ce besoin de rester dans un monde, un tant soit peu, connu et maîtrisé peut entraîner la disparition ou atténuation des manières de vivre traditionnelles au profit de ce qui est plus familier, donc rassurant pour le visiteur.

Perte de savoir traditionnel

Pour toute population se modernisant, à mesure que l’utilisation de la technologie augmente et permet l’amélioration de la manière de vivre, le poids du savoir traditionnel a tendance à diminuer voire à se perdre.

Dans l’archipel de Raja Ampat, un meilleur accès aux services de base et une recherche d’efficacité permanente engendre des besoins grandissants en termes de mobilité avec des bateaux plus gros, plus modernes, plus rapides, ce qui induit la perte progressive des savoirs pour tailler une pirogue traditionnelle ou encore dans l’utilisation des marées et des courants pour optimiser la consommation de carburant. Seuls les membres les plus âgés de la communauté détiennent encore la capacité de naviguer grâce aux étoiles et à la lune, cette perte de savoir modifie, de fait, les pratiques de pêche ancestrales.   

On observe malheureusement que l’utilisation des dialectes papous locaux se perd au fil des générations, Raja Ampat abrite une diversité de 15 dialectes connus, mais la plupart des jeunes générations parlent le bahasa indonésien et parfois un peu l’anglais en ne conservant qu’une connaissance limitée des idiomes locaux.

Inégalité sur le marché de l’emploi

Pour une multitude de raisons logistiques, économiques et culturelles, les populations locales ont un accès plus limité aux niveaux supérieurs d’éducation et de formation professionnelle. Cela résulte, le plus souvent, dans une distribution des emplois les moins qualifiés et rémunérés vers les locaux alors que les emplois mieux rémunérés et plus prestigieux, de type technique ou de direction, reviennent aux étrangers ou aux ressortissants issus des centres urbains.

Changement physique provoquant un stress social

L’augmentation du tourisme peut avoir une influence physique sur une destination, ce qui peut engendrer un stress social quand il touche la communauté locale. Cela peut inclure :

  • Détérioration culturelle et dommages causés au patrimoine culturel ou aux ressources naturelles par vandalisme, dépôt d’ordures ou prélèvement.
  • Détérioration des lieux de culte et de l’écologie avec l’aménagement du littoral.
  • Conflits avec les utilisateurs traditionnels des terres lorsque les constructions restreignent l’accès des communautés locales aux terres ou zones de pêche traditionnelles.
  • Mainmise sur l’utilisation des ressources naturelles comme l’eau douce. Là encore, il est essentiel que tout développement d’activité touristique (ou autre) prenne en considération, durant la phase de planification, la reconnaissance et la prise en compte des sensibilités locales qui existent ou émergent.

Là encore, il est essentiel que tout développement d’activité touristique (ou autre) prenne en considération, durant la phase de planification, la reconnaissance et la prise en compte des sensibilités locales qui existent ou émergent. 

Les Raja Ampat Changent

Pour le meilleur ou pour le pire, les Raja Ampat changent rapidement. Cela s’observe actuellement par la rapide expansion et modernisation de la population, influencée par la présence du tourisme et du développement. Ces changements démographiques entraînent de nombreux changements et un phénomène d’adaptation culturelle ainsi qu’un accroissement de l’extraction des ressources naturelles menaçant les écosystèmes sur lesquels s’appuient la culture et les moyens de subsistance de la population locale des Raja Ampat.

La marchandisation des ressources et de la culture, la perte des savoirs traditionnels, le processus de développement des autorités dirigeantes toujours en cours auxquels s’ajoutent les effets du changement climatique induit par l’activité humaine mettent les communautés locales et leur environnement face à des défis sans précédent.

L’équipe de The SEA people a pour objectif de collaborer avec tous les acteurs présents sur le terrain pour s’assurer que les communautés locales soient impliquées dans la planification et la mise en œuvre du développement de leur propre région, en stimulant et soutenant une gestion des ressources durable et culturellement appropriée.

Vous-voulez nous aider? Vous pouvez.

CONSULTEZ LA LISTE DE NOS BESOINS

Cliquez ici pour parcourir la liste de nos besoins en compétences et en matériel afin de nous soutenir sur le terrain.

FAITES UN DON

Cliquez ici pour faire un don… Sans nos donateurs, il nous est impossible de réaliser nos projets !

 

FAITES UN DON

Cliquez ici pour faire un don… Sans nos donateurs, il nous est impossible de réaliser nos projets !

 

CONSULTEZ LA LISTE DE NOS BESOINS

Cliquez ici pour parcourir la liste de nos besoins en compétences et en matériel afin de nous soutenir sur le terrain.